ARIYAEI Mohammad “sans titre”

1750,00

Mohammad Ariyaei est né en 1987 à Golpayegan, petite ville iranienne de la province d’Ispahan.

Enfant, il joue avec deux amis imaginaires, qui vivent dans la cour ou dans le placard de la cuisine, et qui sont selon lui des génies ou des fées. Il passe aussi beaucoup de temps avec sa grand-mère, qui pratique le soufisme et dialogue avec l’au-delà, et dont les histoires riches et fantastiques l’inspirent et peuplent son imaginaire.

En 2013 il rencontre chez un ami un illustrateur de livres pour enfants qui l’encourage à peindre sa première toile. Il peint plusieurs autres œuvres, sans formation. C’est le début de sa carrière d’artiste. A partir de 2013, son travail est mis à l’honneur à l’occasion de plusieurs expositions collectives (en Iran et notamment à Téhéran, aux Pays-Bas, au Liban, en Allemagne et à Dubaï aux Emirats Arabes-Unis), et individuellement en 2018 et 2020 en Iran. 

Il peint toute la surface du papier et laisse rarement place à la respiration dans ses toiles aux couleurs vives et vibrantes. Ses personnages qui semblent collés sur le fond pourraient attraper le spectateur. Sans perspective, sans point de fuite, ils se serrent sur la surface du papier pour tenir dans le cadre, comme des génies piégés dans une lampe. Sur ou à côté d’eux, il écrit des poèmes de Saadi et Hafez instructifs et ironiques.

Description

 

 

Mohammad Ariaei est un peintre né en 1987 à Ispahan en Iran. C’est un jeune peintre érudit qui, sans le vouloir, s’oppose à l’éducation. Une formation qui apprend plus ou moins à l’artiste à penser au public et à lui trouver une place dans son travail. Il peint toute la surface du papier et laisse rarement place à la respiration. C’est une caractéristique des peintres qui peignent réellement pour eux-mêmes. Il peint les gens dans ses tableaux. Sur ou à côté d’eux, il écrit des poèmes de Saadi et Hafez instructifs et ironiques.

Des gens avec un sourire mystérieux les uns à côté des autres comme s’ils nous jugeaient en tant que public. Il nous réconcilie à nouveau avec la couleur et la ligne, les appliquant sur le corps jusqu’à ce qu’elles deviennent une partie vitale du corps, comme le cœur. Il est difficile de lire les figures indigènes qui vivent dans leur civilisation. Ou ils devraient être découverts et découverts par le corps et interrogés par eux-mêmes.

Les peaux aryennes sont comme une fenêtre sur un monde parallèle dans lequel les gens des deux côtés de la fenêtre jugent l’autre côté selon leurs propres normes, et dans la continuité de son travail précédent, il creuse toujours parmi les gens déguisés avec des lignes et des motifs. Des gens avec de grands yeux qui nous regardent. Ils sont adorables et effrayants. Il semble que leur identité d’origine soit cachée derrière les peintures aryennes, mais c’est une peinture et la peinture et l’identité cachée ne sont pas derrière elles.

Nous devons les accepter avec des jambes tordues, des corps tordus et des cheveux ébouriffés et tout ce qu’ils ont, puis décider quoi faire avec eux. Que faire du cerf qui est en feu de la tête aux pieds et qu’on appelle le “cerf du destin”. Que faire de notre destin.

Ariaei dit à propos de la collection “Shams and Rumi”: Cette collection est le résultat d’un an de mes efforts et je veux dire que le Divan de Shams et Rumi sont les mêmes démons ou disciples qui sont fascinés et fous par Shams et Rumi à la fois dans ce monde et dans le suivant, et mes écrits Il est basé sur les poèmes de HAFEZ, SAADI, SHAMS et RUMI, que j’ai utilisés en fonction de mes sentiments à l’époque.

 

Additional information

Dimensions 100 × 70 × 1 cm
Année

2020

Encadrement

Non encadré

Signature

Oeuvre signée à la main

Support

Technique